Skip to main content

BLOC-NOTES

Brèves notices sous forme d'abécédaire pour aller plus loin... sur le net.

A

ARTISANAT

Au Burkina, l'artisanat est une seconde nature, les hommes et les femmes déploient des trésors de créativité pour produire un artisanat de grande qualité, réputé dans toute l'Afrique de l'Ouest

Pour exemple, visionnez la vidéo de notre ami Abou Traoré, bronzier à Bobo Dioulasso
Et si vous avez l'occasion de lui rendre visite, il se fera un plaisir de vous accueillir et de vous raconter son métier et sa passion.

B
BURKINA FASO
source: UNESCO 2004
Le Burkina Faso occupe la 172e place sur 175 dans le classement du PNUD sur le développement humain durable (DHD), avec un produit intérieur brut évalué à 300 dollars environ.
Les régions du Sud-Ouest, du Sahel et de l’Est sont très faiblement peuplées.
Le Burkina Faso est confronté au problème de l’autosuffisance alimentaire et l’insécurité structurelle frappe plus d’un million de personnes.
Les recettes ne suffisent pas à couvrir les dépenses de l’État. Le déficit global est de 60 milliards de francs CFA.

Population

source : www.ccia.bf/ mai 2009   
"Selon le dernier recensement de la population de l'habitation (RGPH) de décembre 2006, la population résidente est estimée à 14.017.262 habitants dont 51,7% de femmes. Les moins de quinze ans représentant 46,4% de la population totale. Elle croît à un rythme de 3,1% en moyenne par an.
Le Burkina Faso, pays démocratique et laïc : indépendant depuis 1960, le Burkina Faso est un pays laïc caractérisé par le multipartisme politique et la liberté de presse. Depuis la réinstauration de l'Etat de droit en 1991, les différentes consultations électorales se tiennent régulièrement (Présidentielles, législatives et municipales)
."

C


CINÉMA

source : Radio France International  fév 2005
Le Burkina Faso, pays enclavé au cœur de l’Afrique sahélienne, joue le rôle de vitrine du cinéma africain. Ce qui, à première vue, s’accommode mal avec sa situation économique.
Les premières années d’existence du cinéma burkinabè ont été marquées par la réalisation de films documentaires, de fictions exotiques (destinées à la métropole) et de sensibilisation socio-éducative.
Un autre type de cinéma a fait son chemin. Ont ainsi fait œuvre de pionniers les doyens Mamadou Djim Kola (avec Le sang des Parias) et René-Bernard Yonly (avec le Chemin de la réconciliation). Depuis, d’autres thèmes ont fait leur apparition : lutte contre la corruption, critique des coutumes rétrogrades, rejet de l’aliénation à l’Occident et son imitation servile, dénonciation de la condition féminine... Leurs auteurs sont Gaston Kaboré, Idrissa Ouedraogo, Paul Zoumbara, Dany Kouyaté, Guy D. Yameogo, Fanta Régina Nacro, Saint-Pierre Yameogo, Pierre Rouamba, Claude Bado, Issa Traoré de Brahima…

Le fespaco
So
urce : www.fespaco.bf/  mai 2009
Créé en 1969, le Festival Panafricain du cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO) est devenu aujourd'hui une manifestation internationale.
Depuis la troisième édition du Fespaco en 1972, l'Etalon de Yennenga est le symbole de la consécration suprême de la meilleure oeuvre cinématographique de la sélection officielle. Il est matérialisé par une guerrière, lance à la main, juchée sur le dos d'un cheval cabré.
Ce trophée tire son sens du mythe fondateur de l'empire des Mossés, ethnie majoritaire au Burkina Faso.
L'Etalon de Yennenga a été décerné à 17 films depuis 1972. Il est doté d'une enveloppe de dix millions (10 000 000) F CFA, soit environ 15 251 Euros.


CLIMAT
source : www.primature.gov.bf/
Le Burkina Faso, situé au coeur du Sahel possède un climat tropical de type soudanien caractérisé par deux saisons: une saison sèche et une saison des pluies dite encore "hivernage".
- La saison sèche
Elle est caractérisée par les vents secs d'harmattan qui soufflent du nord-est au sud-ouest. Elle va d'octobre à mars. Le mois d'avril constitue un mois charnière qui voit l'arrivée des vents humides ou alizés chargés de mousson.
- La saison des pluies
Elle est caractérisée par des vents humides. elle va de mai-juin à septembre. Le mois d'octobre constitue le mois charnière qui voit souffler les vents secs d'harmattan (le maximum de pluies est observé en août).

Il faut distinguer trois zones climatiques:
- La zone sahélienne au Nord du pays (A), est caractérisée par une pluviométrie faible (moins de 600 mm), des températures élevées, et une végétation d'arbustes épineux: :c'est la zone d'élevage par excellence.
- La zone soudano-sahélienne (B) est située au centre . Elle connaît une pluviométrie moyenne (750 mm).
- La zone soudano-guinéenne (C) s'étend au Sud entre les latitudes 9°3' et 11°3' N. Elle est caractérisée par des pluies relativement abondantes et des températures moyennes relativement basses.

Les 3 grandes zones climatiques au Burkina :
 zone sahélienne (± 38 jours pluie/an) = A
zone soudano-sahélienne (± 43 j/pluie/an) = B
zone soudano-guinéenne (± 74 j/ pluie/an) = C

COTON
source : www.abcburkina.net/
Les pays producteurs. La Chine, les Etats-Unis, l'Inde et le Pakistan produisent les deux tiers des volumes mondiaux de coton, qu'il soit conventionnel ou transgénique.
Le Burkina Faso, [est le] deuxième pays producteur de coton d'Afrique derrière l'Egypte.
Le coton bio et équitable, c'est la garantie d'un prix de vente plus élevé que la normale. Le coton OGM, c'est l'espoir d'augmenter les rendements et les marges, de sortir la tête de l'eau après plusieurs années de chute des cours mondiaux.
Annoncée en 2003 par le gouvernement, préparée par une loi sur la biosécurité, l'arrivée des OGM a lieu dans un climat tendu. Le sujet est d'autant plus brûlant que le coton fait vivre 20 % de la population, rapporte 60 % des recettes d'exportation, et représente un quart du PIB burkinabé. Un collectif anti-OGM, la Coalition des organisations de la société civile pour la protection du patrimoine génétique africain (Copagen), a organisé en février une caravane dans les zones cotonnières, afin de "sensibiliser" les paysans.
Pour [Athanase Yara, chef du service agronomie de l'UNPCB], la production bio ne sauvera pas tous les producteurs du pays. "C'est très difficile, cela demande beaucoup de main-d'oeuvre et d'engrais organique issu de l'élevage. C'est le principal facteur limitant." Et le coton biologique reste, pour l'instant, un marché de niche.


D
DRAPEAU






E

EDUCATION

Source : http://www.ambassadeduburkina.be  (consultation mai 2009)
Le système éducatif au Burkina Faso a trois niveaux :
le niveau primaire destiné aux enfants dont l'âge est compris entre 7 et 13, le niveau secondaire pour la tranche d'âge de 13 à 19 ans et l'université.
A tous ces trois niveaux, le taux d'inscription des filles est inférieur à celui des garçons . Il est de l'ordre de 36.78 % contre 24.31 % pour les filles du niveau primaire.
Le gouvernement tente de remédier à cet écart en fournissant des subventions . L'éducation primaire est subdivisée en trois niveaux de deux ans chacun : le niveau préparatoire, le niveau élémentaire et le niveau moyen. En 1992, le pays comptait 2587 écoles primaires, mais des efforts remarquables sont fournis pour augmenter le nombre de salles de classe. L'éducation primaire est sanctionnée par le diplôme du C.E.P.E. (le Certificat d'Étude Primaire Elémentaire).

L'éducation secondaire est organisée en deux cycles de quatre et trois ans. La fin de chaque cycle est aussi sanctionnée par un diplôme. L'enseignement au secondaire comprend : l'enseignement général, l'enseignement technique et la formation professionnelle qui inclut la formation des professeurs et des maîtres. Nombre d' établissements scolaires au Burkina Faso sont publics, mais depuis quelque temps on assiste à une floraison d'établissements privés.

Le Burkina Faso possède trois universités d'une capacité totale d'environ 10 000 étudiants : l'université de Ouagadougou, fondée en 1974, l'Université Polytechnique de Bobo Dioulasso ouverte pendant l'année scolaire 1995-1996, l'École Normale Supérieure de Koudougou, fondée en 1997.

Au Burkina Faso, l'éducation primaire est sous la responsabilité du Ministère des enseignements de base et de l'alphabétisation

F
FRANC CFA

source : www.bceao.int/

Le Franc CFA est la dénomination de la monnaie commune de 14 pays africains membres de la Zone Franc.

Il s'agit des Etats suivants :
* Bénin, Burkina, Côte d'Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo, qui constituent l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), dont l'Institut d'émission est la Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest ( BCEAO);
* Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale et Tchad, qui constituent la Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale (CEMAC), dont l'Institut d'émission est la Banque des Etats de l'Afrique Centrale (BEAC).

Le franc CFA est né le 26 décembre 1945, jour où la France ratifie les accords de Bretton Woods et procède à sa première déclaration de parité au Fonds Monétaire International (FMI). Il signifie alors "franc des Colonies Françaises d'Afrique". En 1958, il devient " franc de la Communauté Française d'Afrique".
Aujourd'hui, l'appellation franc CFA signifie "franc de la Communauté Financière Africaine" pour les pays membres de l'UEMOA, et "franc de la Coopération Financière en Afrique Centrale" pour les pays membres de la CEMAC.

Arrimage du FCFA à l'euro --- 1er janvier 1999 --- 1 euro = 655,957 FCFA


G


H


I
INTERNET

vendredi 22 mai 2009  source :  http://www.lefaso.net/
Noël Kaboré, ministre des Postes et Technologies de l’information et de la communication :
"Notre politique (...) c'est de permettre aux populations de communiquer avec les nouvelles technologies, notamment le mobile, le fixe et l’Internet.
Avec les opérateurs que nous avons, nous couvrons 92% du territoire national en mobile. C’est-à-dire que presque partout au Burkina Faso, il y a un signal qui existe. La population est couverte à 85%. Par contre, le taux de pénétration est de 22%. Cela veut dire que 85% veulent avoir une liaison mobile, mais seulement 22% l’ont, parce que les populations n’ont pas les moyens.
Voilà pourquoi, nous travaillons (…) à faciliter la "connexion" des populations. Nous ne pouvons pas faire comme en Europe ou en Amérique où il y a pratiquement le fixe pour chaque foyer.
Au regard de cette donne, nous avons opté pour la liaison ADSL. Comme nous sommes réalistes, parce que nous ne pourrons pas augmenter le taux du fixe à domicile et pour que les gens utilisent Internet, il faut absolument que ce soit à travers des sites communautaires.(…) Nous entendons par site communautaire, un site associatif. Il y a beaucoup d’associations qui ont des sites Internet, à Ouagadougou ou ailleurs. Et nous pensons qu’il faut les aider, sous différentes formes : formation, subvention… L’expérience des centres municipaux multimédia est une bonne démarche qu’il faut développer à grande échelle. Il faut aussi développer les cybers privés et la poste qui s’est lancée dans la création de cyber. Là où il y a des initiatives pour démultiplier les centres Internet ou autres cybers, nous sommes prêts à aider
."


M
MINERAIS

Le Burkina Faso, réputé depuis longtemps pour ses petits gisements d'or et le travail de ses forgerons, dispose également de ressources en manganèse, cuivre, fer, minerai d'étain et phosphates.


N
NUTRITION

source : http://www.fao.org/  consultation : mai 2009
L’état nutritionnel des enfants au Burkina Faso révèle une situation inquiétante: 13% sont émaciés, 29% ont une taille insuffisante et 30% un poids insuffisant par rapport à leur âge. Ces taux de malnutrition sont largement supérieurs aux seuils maxima acceptables établis par l’OMS.
Ce portrait global de la malnutrition masque toutefois de grandes disparités au niveau de certains groupes de la population: ainsi la malnutrition infantile concerne avant tout le milieu rural, et diffère beaucoup selon les régions de résidence.
La situation nutritionnelle des adultes est mal connue mais elle semble être moins grave que celle des enfants.
Les carences en micronutriments constituent un grave problème de santé publique au Burkina Faso et semblent être répandues dans tout le pays.


O
OGM

source : www.abcburkina.net/OGM : organisme génétiquement modifié
Coton OGM.
43 % de la production mondiale est issue de plantes génétiquement modifiées, soit 15 millions d'hectares. Les Etats-Unis et la Chine en sont les principaux utilisateurs. L'Inde, l'Afrique du Sud, l'Australie, l'Argentine, le Mexique et la Colombie en cultivent également. Le coton transgénique représentait 13 % de l'ensemble des OGM cultivés sur la planète en 2007.

OR (mines d'or)
vendredi 24 avril 2009 source : www.burkinapmepmi.com d'après lesafriques.com
L’exploitation aurifère au Burkina Faso vient de franchir un tournant avec le démarrage des travaux de construction de la mine d’Essakane qui deviendra la plus grande mine d’or du pays. C’est le Premier ministre, Tertius Zongo, qui a lancé le 19 mars dernier les travaux. Exécutés par la société minière Essakane-SA, ils doivent durer dix-huit mois. Cette entreprise est détenue majoritairement par la société canadienne AIM Gold Corporation.


P
POTENTIEL

source : www.ccia.bf/ mai 2009
Agriculture
Le Burkina Faso recèle de potentialités agricoles importantes mais insuffisamment exploitées.
Elevage
Pour développer les activités de transformation avec des installations frigorifiques, modernes et orientés à l'exportation, le secteur de l'élevage a besoin de soutiens technologiques et financiers étrangers.
L’industrie et les mines
Le tissu industriel offre des perspectives dans le domaine de la transformation agro-alimentaire et de l’import - substitution.
L’or existe un peu partout sur l’ensemble du territoire national, à côté de nombreuses autres ressources minières.
Le secteur tertiaire
Le secteur tertiaire représente 40% du PIB. Dans l’espace communautaire ouest africain, le Burkina fait le pari de devenir le carrefour de l’économie régionale, dans le domaine particulier du secteur tertiaire : transport, transit, assurances, banques, services liés aux télécommunications, nouvelles technologies de l’information et de la communication...
L’artisanat
L’artisanat, 2ème pourvoyeur d’emplois après l’agriculture et l’élevage, occupe environ 900 000 personnes et participe pour près de 30% au PIB ; le Burkina organise tous les deux ans le Salon International de l’Artisanat de Ouagadougou (SIAO).
Le secteur du tourisme - hôtellerie
Ce secteur en expansion avec près de 310.000 arrivées en 2007 situe le Burkina à la 5ème place dans l'espace sous-régional.

Q


R
ROUGEOLE

vendredi 10 avril 2009
source : IRIN (service du Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires)
Ouagadougou - Alors que les fonctionnaires de santé ont entrepris des campagnes de vaccination en Afrique de l'Ouest pour lutter contre les épidémies de méningite et de poliomyélite, au Burkina Faso, la rougeole a pris le pas sur ces deux maladies dans la plus vaste épidémie qu'ait connu le pays depuis plus d'une décennie, d'après le ministère de la Santé.  
Considéré comme la principale cause de mortalité infantile par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le virus de la rougeole, contre lequel il existe un traitement préventif, se transmet par la toux et les éternuements.
Au Burkina Faso, la dernière campagne de vaccination de masse contre la rougeole a été menée en décembre 2007, et a permis d'immuniser plus de trois millions d'enfants âgés de neuf mois à cinq ans, selon le gouvernement.
Le Burkina Faso se doit de procéder rapidement à des vaccinations de masse, mais le gouvernement doit préalablement déterminer le profil, l'âge et le lieu de résidence des victimes, afin de mieux lutter contre la propagation de la maladie, a indiqué M. Badolo, du ministère de la Santé. «Les personnes les plus vulnérables seront vaccinées, car nous ne disposons pas de réserves de vaccins illimitées pour la population toute entière.», a-t-il précisé.

S


T

TOURISME
source : www.fespaco.bf mai 2009
Quelques sites touristiques
- Site de sculptures sur granite de Laongo
- Le Mausolée de Naba Oubri (fondateur du royaume de Ouagadougou)
- Le Musée de Manéga
- La mare aux crocodiles sacrés de Bazoulé
- Le Na-yiri (palais) de Kokologo
- Le faux départ du Mogho Naba
- Les ruines de Loropéni

- Le Lac de tengrela


U


VW

XYZ

 retour haut de page