Skip to main content

Encore 3 équipes présentes sur le terrain entre janvier et mars 2013

mars 2013 : des nouvelles fraîches

Sidi

maternité : la réfection est terminée, nous avons acheté une nouvelle batterie pour l'éclairage solaire
Ecole :
Nous avons financé 30 table-bancs du fait de l'augmentation des effectifs : 211 enfants à ce jour  


Kourinion

microcrédits : les remboursements mensuels fixés à l’origine, ne semblent pas adaptés à la saisonnalité des activités économiques (la vente de céréales en septembre et vente de coton en Mars). Par conséquent,  il faut attendre des rentrées d'argent pour pouvoir être remboursé, ce qui se fera lors de nos visites.


internat :
C’est une réussite, car à la rentrée 2012, le bâtiment des garçons affiche complet. de filles pas encore, mais c’est culturel, car les parents sont réticents à laisser leur filles en internat. Ils attendent avant de faire confiance, ce type d’hébergement est très rare au Burkina Les résultats des élèves parrainés par A plus...
et qui bénéficient de l’hébergement, étudient dans de meilleures conditions,  sont bien meilleurs. A plus... offre aux enfants parrainés également la cantine de midi. Toutes ces conditions réunies nous font penser que d’année en année les élèves auront de meilleurs résultats scolaire.


Parrainage
:   A ce jour 31 élèves dont 10 filles .   Des cours de soutien sont organisés pour les élèves de 3ème . A plus... a décidé de les financer. De même l'association finance les repas de midi pour les parrainés. Les 6 élèves en apprentissage à la MEADO ont de bons résultats


Léproserie de Tripanio à Bobo :

Nous avons accordé une aide alimentaire constitué de 150 kg de riz, 100 kg de maïs et des condiments pour 156 € . De plus nous apportons vêtements et matériels de soins lors de nos voyages.

Artisanat

ces séjour furent aussi l'occasion de choisir et rapporter, dans les valises, beaucoup d'artisanat. Cet artisanat est principalement vendu aux 20 h africaines et est une ressource importante pour l'association.  

Cette vente d'artisanat local a un double intérêt, il est une source de revenu pour les artisans Burkinabés et  permet, par leur vente en France, de financer des projets au Burkina