Skip to main content

compte rendu de voyage: Bernadette du 21 décembre 2013 au 25 janvier 2014

 RETOUR DE MON VOYAGE DU 21 Décembre 2013 au 25 Janvier 2014

Je passerai rapidement sur les fêtes de Noël passées à Sidi,  avec toute ma famille (3 générations de 11 à 71 ans !) et la famille de Francis. Souvenir inoubliable. Je leur ai fait ensuite connaître tous les lieux que certains connaissent, avec bien sûr les spécialités africaines : moteur en feu, pneu éclaté, et … charge d’éléphants ! Que de souvenirs à raconter par le petit Elliot. Beaucoup de larmes, à leur départ !

Le 27 Décembre, nous avons organisé une kermesse pour tous les enfants du village, dans la cour de l’école. Nous avons été débordés par le succès. Ce sont près de 250 enfants, qui sont venus et qui ont participé aux 5 jeux qu’on leur proposait de faire. (Course en sacs, jeux de billes, jeux de glace, etc…). Heureusement que  Francis et son frère Léonard nous ont aidés à discipliner tout ce monde. 

Une  récompense leur était offerte lorsqu’ils avaient fait tous les jeux. Bien qu’il y ait eu quelques déçus, tout le monde était ravi. 

Sylvain a laissé traîner ses oreilles dans le village les jours suivants.  Le bilan de notre kermesse, n’est que du positif. Les gens sont vraiment contents. 

Ecole 

J’ai peu vu  le directeur de l’école, Joseph Sayaogo. (Vacances, grèves, fête musulmane). Les CM2 ont des cours de rattrapage, le Jeudi. Kady est  en congé de maternité. Elle n’avait pas fait sa déclaration de grossesse et n’a donc pas été remplacée à la rentrée.  Mais un 4ème instit, a été nommé (il vient de Badara). Les CP2 ont donc commencé la classe en Janvier ! Maxime, est toujours là, mais, semble-t-il, pas très motivé. 

Je les ai trouvés complètement dépassés par le nombre impressionnant de cartons de fournitures que leur ont apporté les autrichiens. (A noter : pas de fournitures pour l’école de Sidi, cette année, et même pour l’année prochaine !). Nous avons apporté et donné des livres d’enfants, mais le directeur n’avait même pas encore ouvert le placard de la bibliothèque. Dès qu’il aura recensé les livres, il devrait  mettre en place un prêt.

Il y a seulement 158 élèves : 42 en CM2, 58 en CE2, 58 en CP2. Les classes de CP1, CE1  et CM1 ne sont pas ouvertes. 

Cantine de Sidi

La cantine fonctionne depuis la rentrée de Janvier. En fait, les cuisinières ont fait grève, car elles n’avaient pas été payées les derniers mois de l’année dernière. Les denrées sont là, les parents ont donné la nourriture, il reste encore quelques récalcitrants à payer les 200 CFA.  La dotation de l’état est arrivée. 

L’APE

Le nouveau bureau  est totalement inefficace. Les parents commencent à se poser des questions, sur l’utilisation de l’argent qu’ils versent  2500 CFA (3,81 €). Certains réclament même le retour de Francis à la présidence de l’association. 

Micro-crédits

Célestin a versé 100 000 CFA (152,45 €) sur 200 000 CFA (304,90 €) qu’il nous doit. Je l’ai rencontré. La scolarité de sa fille est passée cette année  de 450 000 CFA (686,02 €) à 520 000 CFA (792,73 €). Elle peut cette année passer un BTS. Si elle réussit, elle travaillera, et pourra toujours si elle le désire, continuer en cours du soir. Célestin travaille pour rembourser ses dettes, il fait  une pépinière. Si l’an dernier, il a très peu vendu. Il espère bien cette année, en vendre pour 100 000 (152.45 €) et plus. Ce qui l’aiderait bien. 

Berry Coulibaly a remboursé  18 000 CFA (27,44 €). Il n’avait pas fait vacciner ses poulets, et ils ont pris la maladie. Il en a donc racheté, mais, cette fois-ci va les faire vacciner. 

J’ai rencontré tous les autres débiteurs, mais sans parler de leur dette. Seul Moussa m’a plusieurs fois dit qu’il avait honte !! 

C’était le moment de la vente du coton, on peut donc espérer qu’ils s’acquitteront de leurs dettes.

Moulin

Le moulin tourne bien. La meule de karité a été achetée « à crédit ». Il ne leur reste plus que 15 000 CFA (22,87 €) à rembourser sur 60 000 (91,47 €).  Le vieux moteur est toujours là. Personne ne veut prendre la responsabilité de le vendre, ils ne sont  toujours pas convaincus que ce moulin ait  été acheté par A Plus. (Est-ce que  quelqu’un n’a pas  l’espoir d’en tirer quelque chose pour lui ?)

Collège de Kourinion

J’ai réglé la cantine à Bama, l’intendant, jusqu’à la fin de l’année : 90 jours pour 32 élèves, soit : 216  000 CFA 329,29 €). Il restait encore l’équivalent de 31 repas à la fin du 1er trimestre.

Nous avons aussi avec Francis, remis un panneau solaire avec 2 lampes. Il a été installé dans la salle d’étude, mais il s’avère insuffisant, il faudra leur en apporter un deuxième (déjà acheté).

A la demande de Coulibaly, le Directeur, nous avons récompensé les 3 premiers (promotion 2012-2013)  de chacune des classes, avec un prix de plus pour la première des filles de chacune des classes.

13 élèves ont reçu : une besace, une casquette, 1 porte clé, 3 stylos (dont 2  Bics, offerts par le collège). Les 4 premières filles ont reçu un roman en plus. Cette remise des prix s’est faite devant tous les élèves et  les enseignants. Le Maire et la Préfète, invités, se sont excusés, ils étaient pris par ailleurs.

Le directeur espère que cette remise de prix pourra se faire, l’an prochain à la rentrée début octobre. 

Les collèges de chacun des chefs-lieux de canton, sont devenus des lycées. Les classes de 6è à la 3è devraient donc petit-à-petit disparaître au profit des classes de 2de à la terminale. Mais, les collèges ne sont pas construits en nombre suffisant. Ce changement qui aurait dû se mettre en place  à la prochaine rentrée, est donc reporté. Dans cette organisation, les collèges passent sous la tutelle de la direction provinciale des enseignements de base (DEPBA). Les enseignants ne sont pas contents de ce changement. 

L’internat

Agnès et Hedwige vous en raconteront beaucoup plus que moi.

L’année passée s’est très bien déroulée du côté filles. Du côté garçon, il y a eu un élément perturbateur. Après avoir fugué, il a été mis à la porte et de l’internat et du collège. 

La secrétaire du collège, Marie, est aussi la surveillante de l’internat de filles, ce qui tranquillise les parents. 

Le lancement de la construction du 2d bâtiment de garçons a été donné. Nous avons remis le chèque de 3 M de CFA (4573,47 €) à Régis (le fils du maçon). Nous avons appris la date du début des travaux par Michel (A Plus). Il avait reçu l’info de Régis qui n’avait jugé nécessaire de nous en informer. Pas très clean !  Francis était mécontent. Si le directeur n’a pas fait de remarque, il a montré son mécontentement. 

Le parrainage

Dans l’ensemble, les résultats de nos parrainés sont plutôt bons, sauf en 3è, où c’est beaucoup plus dur. Mais nous n’avons pas eu les résultats. 

Pour les élèves de 3è en lycée, des cours de soutien doivent être mis en place. Gérard devrait voir où ça en est. 

La cantine au Lycée municipal a démarré en Janvier. J’ai remis à l’Action Sociale, la somme de 7 050 CFA (10,75 €) pour la cantine jusqu’au mois de mars : soit 47 jours pour 2 enfants. 

Par contre, au Lycée Don Diogolo, elle n’avait pas encore commencé : « pas de sardine, pas de cantine ». C’est l’explication  qui nous a été donnée ! Gérard gérera ça quand elle aura commencé. Francis a encore 40 000 CFA (60,98 €).

La MEADO

Nous avons rencontré Ali Koné, directeur des études. Après un début d’année un peu difficile, le travail a repris. Amidou, l’élève de Sidi en 3ème année de menuiserie est motivé. A la fin de l’année, il doit se trouver un patron, pour se perfectionner avant de pouvoir s’installer. Ali koné doit l’aider dans sa recherche. Francis a aussi une ou deux pistes.

La maternité

Les femmes en grossesse font la queue pour les consultations ! Toujours pas de douche, ni de cuisine. 

Albertine a déménagé à Orodara, mais sa remplaçante n’est toujours pas arrivée, elle fait donc tous les jours les trajets. 

Au CSPS le major est toujours là. Le nouvel infirmier, remplaçant Janvier est arrivé. Nous avons apporté de nombreux médicaments, pansements et autres. Le major les gère et en fait profiter des habitants en difficultés. Nous avons aussi remis des vêtements pour nouveaux-nés.

Des nouvelles d’Aristide : (atteint d’une polyarthrite infectieuse). Je lui ai remis un colis de fournitures scolaires, de la part d’Anne-Laure, et donné au major des pansements, pommade, et comprimés spécialement pour lui.  Il allait mieux, ses plaies étaient cicatrisées, il commençait à réécrire, il était en rémission.  Hélas, durant mn séjour, son père a voulu l’emmener à Ouaga pour consulter un « gourou ». C’est la catastrophe ; il est revenu avec beaucoup de fièvre, un bras tout enflé, ses plaies ré-ouvertes, très  affaibli.  Le major, qui n’était pas au courant de ce voyage, était furieux, et surtout m’a dit être incompétent pour le soigner à ce stade. Aristide devait aller à Bobo. Son père l’a emmené (j’ai payé  leur déplacement) et ils l’ont hospitalisé. Je n’ai pas eu d’autres nouvelles à mon départ. 

Suite à une réflexion des enfants de Laurent : Où sont les jeunes de 15/25 ?

Les jeunes de Sidi

Sidiki,  petit fils du vieux Kinté, et Ali,  fils de l’Imam (le frère du papa de Colette), sont venus me voir aux cases, ils devaient revenir avec d’autres jeunes. Hélas, cette rencontre n’a pas pu avoir lieu ; ils étaient très pris par le coton.  

Le  3 Janvier, des jeunes du village ont organisé un grand match qui a rassemblé un très grand nombre de villageois. Ils s’étaient cotisés, et le soir ils ont fait le réveillon, en invitant les vieux ! (une première !). 

Avec Francis, on pense qu’il faut s’appuyer sur cette génération  pour l’avenir. Ils ont envi de faire des choses. 

Nous avons apporté, non sans difficultés,  avec ma famille, un grand nombre de vêtements, chaussures etc… (400 kg de bagages) ! Avec Francis nous avons réfléchi à ce que nous allions en faire : Francis veut organiser une grande vente, et confier l’organisation de celle-ci aux jeunes, sous sa responsabilité. Le produit de la vente sera destiné à un projet discuté avec A Plus.  

Tié

A mon arrivée à Bobo, j’ai rencontré Alain Bostal, à qui j’ai remis la demande de subvention pour 2014, qu’il devait transmettre au Président des Hauts Bassins, les commissions  devant  se réunir  le 17 Janvier. Comme moi, il était très mal à l’aise, n’ayant pas envisagé que la subvention passerait cette année par l’agence régionale de développement. Malgré son intervention, le CRRA n’a pas  voulu revenir sur sa décision. J’ai rencontré Lassina, Antoine et Mme Da Costa (du conseil d’administration), doutant encore de l’explication qui leur avait été donnée. Je leur ai dit qu’avant mon départ,  j’avais déposé la demande auprès de la région Rh.A.  pour 2014, ainsi qu’une copie pour le président des Hauts Bassins. Je leur ai conseillé de prendre tout de suite R.V. avec le président des Hauts Bassins, avant cette date. Ce qu’ils ont fait. Ils ont été reçus. Et apparemment, ils ont reçu un bon accueil, et ont certainement su se vendre, puisqu’Alain, m’a informé, avant que je parte, que la commission avait donné son accord pour les 10 000 €, (sans le dire à Tié),  alors que la plupart des subventions avait  reçu des coupes sévères. Il manque encore l’accord du Cons. Rég. Rh. A.. Lassina  doit  m’envoyer  les comptes 2013. Ils vont être obligés de vivre à crédit en attendant… Cette situation, les a un peu secoués. Ils vont faire accélérer leur dossier d’agrément auprès du ministère de la Santé, dans le but d’obtenir d’autres subv.. Ils sont très sollicités par les autorités, car, la délinquance et agression des enfants des rues est en progression. 

Tripano

Je suis allée faire une visite aux lépreux. J’ai donné à Gaston beaucoup de médicaments et pansements. Plusieurs étaient malades, apparemment le palu. 

Des nouvelles de Gildas

Gildas (l’ancien directeur de Kourinion, et de Guéna) a été nommé à Leguema.  S’il est content, de cette affectation qui le rapproche de son domicile (8 km), il est quand même un peu désespéré : c’est un nouveau collège, et  il n’a qu’une classe de 6è avec 14 élèves,  il est le seul enseignant. Il doit donc payer des vacataires, et les cotisations n’étant  pas suffisantes, il frappe  à toutes les portes, mais sans grand succès. Il espère que l’an prochain sera meilleur. 

Des nouvelles de Tentogo

C’est là que Nicole a posé ses nu-pieds, à une centaine de Km à l’Est de Ouaga.  J’y suis allée avec Francis, Gérard et Maryvonne. Nous avons reçu un accueil extraordinaire. Ce sont des Morés et on voit la différence avec les Toussians. 

Le village est couvert de Jardins. Ils creusent  des puits de partout : l’eau n’est qu’à 40 m. Le CSPS, projet soutenu par Nicole, est en train de se  construire. Francis a été heureux de ce voyage et en a rapporté plein d’idées. 

Sûr, qu’il s’est fait des amis, surtout Jean-Luc et Agathe. 

J’ai de la peine à revenir, après ce voyage très riche en émotion et découvertes. Bernadette