Skip to main content

De nouvelles perspectives pour l'association...des valeurs réaffirmées!

 Il est difficile de transcrire la richesse des échanges, lors de cette réunion du 19 mars dernier...en voici l’essentiel:
 Cette réunion a été organisée parce que nous sommes à la croisée des chemins et il nous paraissait important de réfléchir sur nos actions, nos projets, les 20h, nos perspectives…

Pour réfléchir sur l’avenir de notre association il faut se replonger dans ce qu’elle a été et ce qu’elle est aujourd’hui.
Après lecture des statuts, nous avons relevé des éléments clés sur les valeurs de l’association: 
« L’Association A plus a pour objet la sensibilisation aux problèmes de l’Afrique Occidentale, en particulier ceux du Burkina Faso. A plus… soutient toute assistance ou projet de développement dans les domaines de la santé, de l’éducation, et de l’économie……elle soutient, plus particulièrement le développement du village de Sidi,… en favorisant les échanges avec ses habitants »
Ce paragraphe écrit dans une plaquette, et non dans les statuts nous a paru important 
« Depuis toujours, seuls les projets proposés par les habitant sont soutenus et ils ne peuvent être qu’au service de la collectivité pour le bien être et le développement du village. Nos actions ne s’inscrivent pas dans une relation d’assistance mais favorisent le développement de l’autonomie dans le fonctionnement des différentes réalisations « 
On s’aperçoit que certains principes ne sont pas inscrits dans les statuts. Il apparaît important de redéfinir nos valeurs et de les inscrire dans un cadre de référence qui pourrait être une charte. Ainsi nous pourrons nous y référer pour nos actions futures..
Une charte a pour but d’être concise et claire sur les orientations vers lesquelles l’association souhaite poursuivre. Elle est  NOTRE référence.
Echanges :
Beaucoup d’entre nous n’ont pas connu « avant » et ne connaissent que ce qui se vit aujourd’hui !
Avant Sidi n’était pas un village rassemblé autour d’un centre, mais un ensemble de concessions où vit une famille. Ce sont les constructions financées par A plus… (Écoles, maternité, moulin, etc) qui ont, en fait, crée un « cœur de village.  Le manque de voies de communication faisait que le village vivait en autarcie mais les villageois ne souffraient pas de malnutrition. Il n’y avait pas d’école, les enfants étaient la retraite des parents.  Tout était à construire, car il n’y avait rien donc les demandes partaient des habitants. Aujourd’hui c’est différent.
Avec l’arrivée de la route goudronnée les choses ont évolué, Les habitants peuvent aller en ville et pratiquer une économie de marché, valoriser leurs produits mais aussi découvrir et accéder à des biens de consommation. L’école a changé les jeunes et contribué à l’évolution des mentalités grâce à l’éducation dont celle des filles. Une évolution sociologique importante a été constatée et elle se poursuit encore 
Quel sens veut-on mettre dans les actions et quels échanges veut-on avoir avec la population ? 
Permettre l’accès à l’éducation reste une valeur fondamentale mais, il est difficile d’aller vers un apprentissage quel qu’il soit !
Sidi n’est pas un village pauvre pourtant les enfants ne sont pas très bien traités ? Les femmes ne sont guère considérées non plus comme un peu partout en Afrique.
Mais changer des mentalités cela prend du temps. Il faut être patient.
Aujourd’hui nous devons nous interroger sur nos méthodes, réfléchir avant d’agir.
C’est un monde différent et il faut accepter de ne pas plaquer nos schémas de pensées sur les leurs. La notion de respect nous paraît très importante. 
Il faut échanger entre nous avant d’agir.
Il faut s’inscrire dans une co-construction, accompagner les projets et ne pas financer à leur place en privilégiant le plus possible le cofinancement.
Nous avons horreur du vide, pas eux ! Nous devons prendre le temps de l’échange !
Il faut aider les participants aux 20h à mieux comprendre l’Afrique. Retrouver aussi la convivialité de l’association.
Du coté de notre action en France, nous avons négligé la notion de connaissance de l’Afrique qui fait partie de nos statuts « la sensibilisation aux problèmes de l’Afrique » on n’échange pas assez sur les réalités géopolitiques, économiques lors des retours de voyage. 
Définir un thème  de sensibilisation à l’Afrique (éducation, santé, conditions des enfants, vie des femmes etc)  sur l’année qui serait aussi le thème des 20 h, une sorte de fil rouge sur l’année avec plusieurs manifestations en cours d’année. 
Il faut aider les participants aux 20h à mieux comprendre l’Afrique ? 
Retrouver la convivialité » de l’association. Envie de se retrouver, de se réunir, de plaisanter, de s’écouter, de se découvrir. 
Concernant les comptes rendu de voyage, il faut prévoir un retour oral car c’est bien plus riche qu’un compte-rendu écrit surtout pour ceux qui ne sont pas allés sur place et qui ne connaissent pas le nom de nos interlocuteurs !
Chez nous, il faut revenir à la parole, et retrouver du plaisir dans nos relations 
L’action a pris le pas sur les valeurs d’échange, d’égalité. Quand on est dans le don on peut facilement dériver et avoir une position supérieure ce qui est extrêmement désobligeant pour l’autre qui est en position d’infériorité ! Il est important d’être dans du donnant/donnant, 
On oublie trop souvent que nos amis Burkinabés  nous apportent beaucoup.
Si l’on oublie tous ces principes humains en arrivant juste avec nos moyens financiers, ils comprennent vite comment profiter du système même si cela ne correspond pas à leurs valeurs. Nous devons nous attacher à fuir les relations inégalitaires en rétablissant des échanges de valeurs ?
Quel regard les habitants de Sidi ont sur nous ? Il y a un malaise surtout pour les « nouveaux » de l ‘association (peu de contact avec les habitants, problème de légitimité ?)
Il est important de venir en son nom avec ce que l’on est, sa propre personnalité mais avec les valeurs de l ‘association.
Il est important de faire évoluer les 20h ou plutôt de retrouver les valeurs du début à savoir :
- faire connaître le Burkina
- faire connaître l’association
- faire de l‘argent pour les actions
le 3ème point a pris le pas sur les 2 autres !