Skip to main content

COMPTE-RENDU voyage Maryvonne et Gérard Dublassy, du 8 février au 8 mars 2016 au BURKINA FASO

Tous nos amis burkinabé ont apprécié notre venue. Dans les villes, nous avons ressenti une grande détresse, chacun essayant de trouver un moyen de se nourrir au quotidien....Manque évident de touristes, même les associations sont moins présentes, donc moins de ventes pour les artisans.

Dans les villages, chacun arrive à subvenir à ses besoins alimentaires.
Par sécurité, nous avons limité certains déplacements, et utilisé plus de taxis, surtout le soir.
Depuis les dernières élections, les gens sont impatients de voir un changement, et voudraient que les réformes aillent plus vite, ils surveillent de près toutes les actions entreprises, et nous avons pu assister à certaines manifestations dans la rue. En car, de  nombreux contrôles policiers( ne pas oublier les passeports!)...

SIDI: cette fois-ci, notre séjour fut un peu court,3 jours, mais malgré tout, nous avons rencontré la Major Fatoumata, venue nous rendre visite à nos cases, ainsi que Valérie Ky, la nouvelle accoucheuse ( Albertine a enfin pris sa retraite), Sandrine Da, Agent Itinérant de Santé, elle nous a présenté le dernier bébé du jour, à qui nous avons remis brassière et grenouillères, à la grande joie de sa maman....
Patricia, la nouvelle institutrice des petits parait satisfaite des ses élèves, Ousmane, lui est plutôt déçu du manque d'implication des parents d'élèves "ce village refuse le développement" ce sont ses termes. Mais il croit en son métier et refuse de baisser les bras. d'ailleurs il va remettre en route le jardin, qui est déjà nettoyé, il reste la clôture à redresser, il compte quand même sur une participation des villageois....
Un soir, vers 17h, visite de 3 élèves parrainés, pour remercier APLUS et ses adhérents du soutien accordé pour leur permettre de faire des études. Il y avait là Alassane Traoré, espérant réussir son BEPC ( il a de bonnes notes), Jérôme Diabaté et Marc Traoré Sépflan, ayant plus de difficultés, tous les trois sont dans la même classe de 3eme, à Guéna.
Alassane,( dont le père a trois épouses et 21 enfants et ne peut plus assumer l'entretien d'une si grande famille,) envisage d'apprendre le métier d'électricien, plutôt que de poursuivre ses études, pour gagner sa vie et aider sa mère, "la vieille"....En parler en réunion CA.
Nous apprendrons un peu plus tard par Francis que ces trois élèves ont participé à la réfection de l'abri au toit de palmes dont nous profitons vraiment lorsque le soleil tape dur! il a fait jusqu'à 44° les derniers jours, heureusement, la nuit, dans les cases, ça redescendait à 25°!

Colette, à qui nous avions demandé de passer est venue, et nous avons longuement discuté. A la question," comment vois-tu ton avenir dans la couture ?" elle nous répond que son métier lui plaît beaucoup, elle espère réussir son examen de fin d'année, et son voeu serait de  perfectionner son apprentissage pendant un an ou deux chez un couturier, elle connaît quelqu'un à Orodara, et par la suite, pouvoir monter son atelier à Sidi. Son cahier de "coupe à plat" est fort bien tenu, et elle a bien assimilé ses cours, évidemment, ce qui va lui manquer, c'est de la pratique, comment on propose un modèle à une cliente, de la prise des mesures jusqu'au vêtement terminé...

Francis et sa maman remercient chaleureusement les membres d'Aplus pour l'aide pécuniaire apportée lors du décès de Sylvain...
La cérémonie des funérailles est prévue le 12 mars.
Le maquis de notre ami souffre de la concurrence, car depuis, deux autres maquis ont vu le jour, plus un magasin de vente de céréales et carburant la clientèle est donc partagée...
Francis a commencé la construction d'un espace avec un toit et des nattes de paille, afin de proposer à la clientèle un endroit plus confortable, Mariam aura aussi sa cuisine, ce qui lui permettra de développer ses repas...
Avec fierté, Mariam et Francis, "les Jeunes Mariés" nous ont montré les photos du mariage, quelle belle robe blanche, le voile, la coiffure, le maquillage, tout cela était parfait et respirait le Bonheur!!!
Encore un grand merci à Francis, qui connaît bien les dossiers et assure le relais avec Aplus...

Visite à l'APEE le 26 février: RV pris avec Marceline. actuellement, l'effectif est de 123 élèves dont 45 handicapés. le jour de notre visite, beaucoup d'absents, on nous montre le cahier des stocks de riz, apparemment rédigé exprès pour notre visite, en nous expliquant que chaque jour d'école, pour nourrir 123 élèves, il faut 20 kg de riz et 3,5 l d'huile. mais malgré les absences, chaque jour les mêmes quantités sont utilisées...À suivre... AU 26 février, il reste 530 kg de riz et 61 l d'huile.

Formation Professionnelle
Nous avons pris rendez-vous dans deux CENTRES DE FORMATION PROFESSIONNELLE pour filles.
Le premier est situé à Kouentou, le C.F.F.I (centre de formation féminine internat) est à quelque trente KM de Bobo, c'est en pleine campagne, et les derniers km de piste plutôt accidentés... on peut y apprendre coiffure, couture, tissage, teinture, broderie, pâtisserie. l'internat est proposé pour celles qui viennent de loin. Soeur Espérance qui nous a reçus nous fait visiter un site bien aménagé et bien tenu.
Son but: former les jeunes filles à la vie de futures femmes de famille, à être élites dans leur milieu de vie, et à pouvoir mener des activités génératrices de revenus. objectif: assurer la formation intégrale des jeunes filles et promouvoir leur épanouissement socio-économique.
Notre ressenti: cela ressemble plus à nos écoles ménagères, pour faire de bonnes épouses que pour un vrai parcours professionnel.
Un document nous a été remis avec les conditions.

La seconde école "Ste Angèle"est située à BOBO, avec possibilité d'hébergement. Soeur Joëline nous reçoit et une discussion animée s'ensuit. Formations: Coupe/couture et Restauration/cuisine sur 2 ans avec CQP (certificat qualification professionnelle). Une troisième année de perfectionnement est possible. Des cours de gestion, de français de législation permettent d'appréhender un métier et de devenir autonome et de s'installer à son compte. Les cours dont donnés en partie par des professeurs civils, mais c'est géré par les Ursulines.
Contrairement au 1er établissement, il y a une liberté de religion qui est respectée. Les documents concernant cette école doivent nous être envoyés par mail.
notre ressenti: la formation nous parait plus sérieuse, dans une configuration bien adaptée, grands espaces les classes spacieuses, cuisine et école/restaurant impeccables.

ARTISANAT: nous y avons consacré plus de temps, aussi bien à Ouaga qu'à Bobo, en privilégiant les artisans plutôt que les boutiques de revente. Les objet rapportés sont multiples :bronzes, plateaux et objets métal/bois, chaises, masques, 2 balafons atmosphériques, foulards, bogolans de toutes tailles, bijoux, tableaux, pagnes, une collection de cabas et pochettes fabriqués dans des sacs de riz recyclés avec de jolis motifs, chapeaux et objets pour enfants...et 75 savons commandés que Michel rapportera... les visiteurs des 20H devraient avoir le choix!

Encore de belles rencontres avec des Burkinabés courageux et fiers d'avoir participé au changement de gouvernement, rencontré Jean Martin Coulibaly, Ministre de l'éducation Nationale et de l'alphabétisation, il est conscient de l'importance de sa mission, il a de grandes idées, espérons qu'il pourra réaliser ses projets!
Rencontré à Boromo, une équipe belge de l'association "MÉDECINS SANS VACANCES" (un chirurgien un anesthésiste, une infirmière bloc opératoire, et une infirmières post opération) ils ont consacré 15 jours de leurs congés pour effectuer une cinquantaine d'opérations délicates à l'hôpital de HOUNDÉ.
À Bobo, hôtel Terria 2, un couple de blancs, avec leurs 3 enfants, revenant de Nazinga, après un périple de 15 jours!
ce sont les neveux de notre amie Françoise Pestre qui vit 3 mois de l'année dans le village de Kassou.
Bref, un voyage plein de surprises, d'échanges, une hospitalité toujours intacte au" Pays des Hommes Intègres"!

Maryvonne et Gérard